Une personne étrange tu deviendras .

mg

Dans mon cerveau c’est un peu la panne . Je ne sais pas trop quoi , vous dire . Ni quoi écrire , j’ai l’impression que mes textes sont un peu redondant .
Est-ce que j’ai le droit  , en tant que personne de 20 ans d’imposer un jugement . Je ne connais absolument rien des rouages du monde . Mais j’ai déjà l’impression , d’en être usé par sa mécanique .
Il m’arrive parfois de me demander , quel rôle nous avons à jouer dans ce monde . Et pourtant , quel est le but de la dépression dans celui-ci ?
Elle envahit nos vies , parfois a-t-elle point , qu’elle nous sort de notre réalité .
De notre vie quotidienne . Et parfois , nous portes à croire , que nous sommes plus fantôme que vivant .
Et , il ya beau avoir bien pire , comme sentence dans le monde .
Mais le jugement de l’autre , est le pire .
Sentir en nous , le gène de la différence . S’infiltrant , tel un virus , dont les autres remarques la présence .

Car il n’y  a rien de pire que voire autour de soi , le monde , se mouvoir .
Accaparé par la vitesse , l’être humain  entier semble danser à son rythme .
Je ne sais pas , s’il vous est arrivé , d’être en réunion familiale , ou entre collègues . Et d’avoir l’impression d’être , un simple spectateur de ce qu’il se passe  . Comme si le monde s’était mis , à cet instant précis sur pause . Et d’observer , les conversations étranges qui se déroulent devant vous .
Les visages se plissant , en harmonie avec la bouche , et l’agitation des mains . Les regards se croisant , en signe de compréhension  .
C’est un peu comme si  , nous étions faits pour cette communication humaine , entre recevoir et envoyer un message .
N’est-ce pas fatigant parfois ?
C’est ainsi , que nous comprenons , que nous ne captons plus rien . Que notre souffle d’existence semble s’être calé , sur un notre rythme . Mais lequel ?

C’est au moment , où notre nom , est cité , et que tous les regards  se braquent sur nous , que nous comprenons . Qu’il est à nous d’agir .
Jouer le rôle que notre naissance , nous à attribuer . Celui , d’être une marionnette qui parle , qui sourie , qui répond quand nous  lui posons une question , qui s’arrête quand nous appelons son nom .
Mais au fond , nous sommes tous bien seul dans nos têtes  . Préoccupé , par le mot reçu par sa femme , ou de son homme le matin . Par ce que tel enfant a fait à l’école .  Soucieux , d’un quelconque , problème au travail .
Angoissé , à propos d’une dispute , d’un problème avec le patron . Agacé , par les plis d’une serviette mal faite . Ou en admiration , sur la belle nappe préparée avec soin . Ou , sur le grain de beauté placé de manière étrange , sur le nez de son voisin d’en face .
Finalement , il n’y a que les plus grands curieux, qui aime prêter  attention aux conversations . Ceux , qui aiment savoir les derniers ragots , de son entourage .

C’est un jeu de rôles finalement  , grandeur nature .
Sauf , que celui-ci et beaucoup plus angoissant,  quand notre rôle n’est pas celui d’un super héros . Ou , de quelqu’un d’original .
Quand notre vie , ne tient , qu’à peu de succès , moins de courage , et beaucoup d’échec , et de route sans issues .
Les funèbres questions , sur notre existence , sont comme des pierres , nous rappelant notre faute . Celle , de ne pas faire comme les autres .
Il suffit d’un rien , pour habiller l’apparence , mais il suffit d’un tous , d’un secret , pour détruire l’image que nous , nous sommes construits .
Il n’y a rien de plus confus , que de vivre au travers d’un personnage façonné de toutes pièces .
Quand toutes les pièces , n’ont pas été testées d’avance , pour savoir si elles marchaient convenablement .
Et puis , si nous ne sommes pas comme ceux , qui avancent progressivement mais correctement dans le jeu .
Nous savons , que la case Banqueroute , nous attend . Celle des préjugés , celle où nous , nous faisons tatouer le mot « perdant  » sur le front .

Rien , ne peut dissimuler ce qui ce cache en chacun de nous .
Mais , nous pouvons décider de nous-même de nous murer dans le silence .
Et ne jamais en parler . De ne faire confiance en personne , pour ne pas révéler qui nous sommes vraiment .
Et puis , il n’ y a que ceux , qui réussissent le mieux qui peuvent apparemment parler non ?
Car si le banc , nous a appelés victime , nous avons décidé finalement seul d’y rester .
C’est finalement ce que tout le monde pense . Que de toute manière ,  » nous avons , que ce que nous méritons «  .
Donc , si la vie  de par son charme , a décidé , que notre route serait truffée d’épine . C’est que nous le méritons finalement ?
C’est injuste , je trouve comme raisonnement , mais tellement plus facile à comprendre .

Et cela montre , que l’humain peut être injuste envers son prochain .
Pourquoi  rabaisser quelqu’un ?  De telle manière ? 
De le blâmer de sa propre souffrance ?
N’est-ce pas comme si nous l’enterrions nous même ,  par cette puérile réflexion ?
N’est-ce pas commettre un crime , pour quelqu’un qui ne dit ne même pas arriver à tuer une mouche ?

Pourquoi  n ‘acceptons-nous pas simplement , que chacun  évolue à son propre rythme .
Plutôt que de dire , que si à tel  âge tu n ‘est pas à tel niveau , tu retournes à la case départ ?

C’est ainsi , qu’au retour de diner .
Si vous êtes comme moi , la seule envie , et de ne plus jamais y retourner .
Si c’est pour constater , que nous sommes plus seule , que nous le pensions avant .
Rejoindre  , le cocon confortable de Morphée .
Et prier , pour que plus jamais demain , et sa réalité vienne nous trouver .

À mais j’avais oublié , il faut que nous trouvons un travail .
Surtout ne dire à personne , que nous sommes dépressifs .
Pas très envie , d’être pris , pour quelqu’un d’instable .
Puis il faut que j’aie mon permis , et une voiture , sinon je trouverais pas de travail .
Et puis j’irais à la banque , j’ai oublié , qu’il faut que je regarde mes comptes , pour savoir si je vais pouvoir manger demain .
Et puis , si je peux payer mon loyer , histoire de ne pas me retrouver , dehors ,  avec un bon coup de pied au derrière par mon propriétaire  .
Et surtout je ne veux pas revenir chez mes parents , manquerais plus que tout le monde pense que je n’ai pas grandi .
Finalement, au lieu de Morphée , je vais discuter avec l’insomnie , elle a l’air plus rassurante .

Puis au petit matin, je prendrais mon café , avec mes amis imaginaires .
Et puis , je prierais , pour que ce soir la lune m’embarque avec elle , sur une autre planète .
Là où  les gens ,  comme moi vivent .
Des personnes , qui n’ont rien demandés à personne . Mais dont la liste d’attente des envies des autres , prend tellement de place que nous avons dû commander un box .

Parfois , je ne sais  pas vous , mais je me demande où est passé le bonheur ?

Ps :

Des scientifiques très sérieux le cherchent encore .

color

 

 

Laisser un commentaire

LibresdelAtome |
MON OUTIL DE SUIVI - PES ... |
Confrérie du Malt de Bretagne |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Je ne sais pas pourquoi vivre.
| -> -> -> -> ...
| Concourspitch