Carnet de bord 8 : Il était une fin .

 

Il n’y avait pas d’été de plus long , que celui qui précédait mon arrivée au lycée . Je m’enfermais dans ma chambre , parfois les volets fermés . Et m’occupais l’esprit par de profonde réflexion ,sur le passé .
Repassant  dans ma tête , toutes les choses que je voulais comprendre 
Aux derniers chapitres de mes aventures , j’avais surmonté divers obstacles . Que ce soit , en apprenant ma dépression . En connaissant , de multiples changements bouleversants . Comme des déménagements incessants , aux décès multiples  de mes proches . Ainsi , que de mes nombreuses tentatives de fin , qui s’avéraient rentrées dans l’ordre de l’échec . Ainsi , que mon expérience avec l’automutilation et le harcèlement scolaire .
La seule conclusion , que je pouvais trouver satisfaisante , était le fait que je m’étais battus pour survivre .
Et que d’une certaine manière , ses expériences m’avaient fait grandir . Je disposais d’une arme efficace , nommée maturité . Et je savais , qu’elle allait grandement me servir .

Contrairement , à ce que nous pourrions croire . Mes années lycées , ne furent pas aussi dramatiques . Je fis la connaissance de nombreuses personnes . Qui devenaient des connaissances , dont j’accordais toute ma confiance . Il n’y avait plus vraiment de crocodile , juste un reste de leurs survivants . Mais , qui par leurs infériorités en nombre . Et parce que j’avais trouvé ceux qui me comprenaient , leur attaquent n’avaient plus aucun pouvoir sur moi .
J’étais devenus , une autre personne . Mais par souci  de repère , je laissais les monstres avoir une place dans ma vie . Car la leçon que j’avais retenu , était que le bien ne pouvait vivre sans le mal . Et , inversement .
Ne disions-nous pas  : Garde tes ennemies proches de toi ?
C’est ainsi , que j’acceptais volontiers de leur laisser une petite place . J’avais compris , cette dualité qui vivait en moi .
Celle d’une personne qui pouvait être capable de quelque chose de bien , mais déjà corrompus par le monde où elle vivait .
Je ne voulais pas me faire ange , devant Dieu . Alors que je lui avais désobéis , de nombreuses fois .

J’apprenais de ses années ,  qu’il n’y avait rien de plus bon que d’accepter ce que nous sommes . Peu importe , qui .  Et surtout , je mettais toutes mon énergie , dans la compréhension . Et , dans l’acceptation mes erreurs . Dont j’avais rendu , trop de personnes coupables . Alors qu’elles n’étaient en rien le souci principal .
C’était une sagesse , qui m’était précieuse , car elle me permettait de ne pas me perdre .
Tandis que les années s’écoulaient lentement , je comprenais à quel point malgré la fatigue de l’existence , et mon envie de me faire toute petite pour disparaître .
J’avais envie , d’avoir une vie paisible . Non sans souci , mais calme . Je ne voulais plus courir mais marcher .
J’avais finalement décidé , qu’il n’y avait que moi seule , au-delà de la reconnaissance du soutiens qui m’avait été donné . Qui avait pu me sauver . Bien que je sentais , que j’aurais une place toute particulière dans mon coeur pour tous ceux qui m’avaient tendu la main . Et fait preuve de patience , pendant ses longues années .

Je n’étais pas guéri , j’avais toujours des problèmes alimentaires , se solvant par le début de mon anorexie , avant d’être pris en charge par une nutritionniste .
Et ma dépression , restait persistante .
Mais je les acceptais tous les deux , bien que parfois leur présence m’était insupportable .  Car je savais , que si je ne m’appuyais pas sur mes faiblesses . Je n’aurais rien n’appris de mes mauvaises expériences .

Je décidais , d’arrêter avec les constructions immenses , de château et de manoir . Qui ne résistait guère ,  à la démolition . Et dont , j’étais à l’intérieur profondément seul , dans un vaste espace vide .
Je me fis une petite maison , au côté des maisons de mes parents . Et décidais de ne plus rester seul , du moins de l’extérieur .
Je savais qu’intérieurement , je ne pourrais m’échapper de cette réalité . Mon monde , et celui des autres étaient séparés par un grand fossé , celui du secret .
Une des étapes de l’émancipation , celle où nous , nous déchirions des parents . En nous construisant , un jardin bien fermé , pour avoir un lieu d’intimité et de paix .
Je m’étais mise à cette tache fastidieuse , sans trop savoir où aller . Mais au moins , je construisais quelque chose où les monstres  pourraient vivre . Pour que nous cohabitions ,  sans être trop proche .
Et posait  au centre de la porte , qui gardait ce jardin vert , au creux de celle-ci , mon bocal de verre . Qui contenait les dépouilles de mes anciennes vies  .

Je prenais un nouveau souffle , qui n’avait rien à envier au précédent . Celui-ci était remplis , de précaution , d’attente , et de nouveaux désirs . Ainsi , qu’une marque non négligeable faite par la réalité même .
Il n’y avait pas de honte à avoir , mon passé était derrière moi  . De nouveaux défis , m’attendaient .
De nouvelles épreuves surtout . L’enfer n’était certes pas fini . Mais , il n’était plus aussi imposant qu’hier .
J’étais une autre personne . Et je me réjouis , que l’heure soit enfin arrivée , pour me permettre de me développer et d’expérimenter de nouvelles choses .
J’avais besoin , de ces changements . Je savais pertinemment , qu’ils me feraient grandir .

Je partais sur une route incertaine . Mais dont , j’avais toutes les armes possibles à ma disposition .
Et surtout des alliées fiables , dont j’avais donné à chacun une tâche . Peu importe qui ils étaient , et leurs provenances . Je leur avais attribué , leurs rôles à jouer . Peu importe , s’ils étaient monstres , ou bien simples individu , comme moi . Nous étions égaux , et unis par une profonde volonté de vivre .
Qui nous poussait au-delà de nos frontières . Là , où de nouveaux dangers nous attendaient .

 

run

Laisser un commentaire

LibresdelAtome |
MON OUTIL DE SUIVI - PES ... |
Confrérie du Malt de Bretagne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je ne sais pas pourquoi vivre.
| -> -> -> -> ...
| Concourspitch