Esprit Noir .

 fantasy-2847724__480

La dépression , a toujours été pour moi , comme un vieux abscès sur la peau . Que l’on éradique à tout prix à coup de pommades , et de crèmes réparatrices .
Il m’était inconcevable , que je sois dépressive tout le long de ma vie . Je voyais celle-ci comme une intrue , une infection qui avait envahi mon cerveau .
De plus j’étais terrifiée , par l’étiquette qui me serait donnée , si je me débarrassais pas de ce trouble . Je ne voulais pas être vu comme quelqu’un de malade mentalement .
Vivant dans un déni quotidien , je fus persuadée que le problème résidait dans un accident de parcours , plutôt qu’une partie de moi , en soi le responsable .
J’ai arpenté les bureaux , de nombreux psychologues , pédopsychatres , et médecins . Dans l’espoir que quelqu’un , puisse enfin éliminer cet étrange mal qui prenait tout autant le contrôle de ma vie , mais aussi de mon corps .
Ma solution finale fut les médicaments , en désespoir de cause , ne trouvant pas d’apaisement  , par toutes ces séances analytiques . Qui me mettait mal à l’aise , puisque chacune consistait à déployer devant moi le catalogue de ma vie , pour savoir à quel moment cela avait commencé à dérailler .
Le souci , c’est que si nous ne voulons pas admettre , que cette étrange chose , est due à un bouleversement profond et se produisant à l’intérieur de nous c’est un échec .
Lassée j’avoue , ce qui ne faut absolument pas faire ! J’étais à court
d’inspiration , tellement que je racontais des choses fausses . Me convainquant , que finalement tout progressait pour le mieux . Disant que finalement , je n’avais plus besoin des séances . De toute manière elle n’arrangeait rien , c’était toujours aussi flou dans ma tête .

J’ai tenté , les médecines dites douces , mais j’avais à la fin plus de maux de tête que des solutions .
Fidèle angoissée de la vie , je ne comprenais pas comment il était possible d’arrêter de penser . Pour se concentrer sur le moment présent .
Comment cette pilule homéopathique , pouvait fonctionner . Chez moi , elle n’empêchait pas mes neurones de fonctionner à plein régime . Et même la nuit !
Et puis , il y avait une chose encore qui me faisait encore plus peur . Du moins me terrifiait . C’était mon émotivité , j’étais hypersensible à un tel point , qu’un rien ne pouvait me mettre dans un état catastrophique .
Les théories du doute , avaient un pouvoir puissant sur moi , il n’y avait pas un instant de mes journées ou je remettais toute ma vie en question .
Et puis , il y avait constamment cette voix . Qui tel une deuxième personne , s’autorisait les critiques gratuites sur le moindre de mes faits et gestes à longueur de journée .
Lassée , j’ai donc décidé de prendre enfin les médicaments . Dans l’optique vaine , de redevenir un peu plus normal .
De pouvoir faire comme tout le monde , retrouver le courage d’avoir un peu d’ambition . De pouvoir enfin dire cette phrase , celle que tout le monde dit , en pensant qu’ils travaillent dur mais au moins qu’ils sont fiers de ce qu’ils accomplissent chaque jour .  Et qu’ils acceptent que les choses ne fonctionnent pas parfois .
Je voulais , faire partie de ce bon côté . Être ce bon citoyen , qui fait de son mieux , même si tout s’effile , j’étais prêt un peu à n’importe quoi .

Pourtant cela ne c’est pas passée comme prévu , et il fut une vérité qui se révélait à la lumière du jour . Elle était bien plus douloureuse , que ce que j’avais pu connaitre avant .
Je comprenais que , quoi que je fasse , cette tristesse , ce lugubre mélange d’émotions ferait partie de moi .
Peu importe , ce que j’essayerais de faire , je serais tenté d’abandonner par la suite .
Je ne cesserais pas d’accorder toute ma méfiance autre , j’aurais toujours une peur panique d’affronter la foule abondante de la ville .
Je ne pourrais vaincre les innombrables pensées , qui me détruisaient le cerveau .
J’allais devoir vivre avec tout ce qui déraillait en moi , peu importe ce que la société en penserait .
Peu importe , si cette étiquette de « chose bizarre non identifiée  » resterait gravée à tout jamais .
Je compris à mes dépends , que même si je tentais quelque chose , tout sonnerait bizarre et étrange . J’aurais beau paraitre , tout le monde verrait la supercherie .

C’est ainsi , le message que je veux transmettre est le suivant .
Même si la révélation , est déchirante . N’ayez jamais honte de qui vous êtes , il ne sert en rien de se cacher derrière une fausse image inconfortable .
De se vendre auprès des autres dans la démesure , espérant duper les esprits .
La vérité rattrape toujours celui ou celle , qui tente d’enterrer son être profond dans les ténèbres .
Il y aura bien un moment , et parfois le mauvais pour que les choses remontent à la surface.
C’est un peu cliché , mais il est vrai , qu’il faudra apprendre à aimer nos différences .
Peu importe si notre esprit , émet une résistance .
Ce n’est pas non plus imposer sa vision des choses aux autres ! Mais bien accepter , qui nous sommes , montrer à celui-ci , dans une outre mesure , ce qui nous plait , ce que nous n’aimons pas .
Tout en ayant bien à l’esprit , de ne pas juger l’autre si lui aussi ce dévoile par ce geste d’authenticité .

Est-ce si grave de ne pas correspondre , à l’image que certaines personnes veulent nous imposer ?
J’ai comme pour beaucoup , été le fruit d’une image qui n’était pas la mienne . Et qui pourtant me collait à la peau jusqu’à ce jour .
Ce fameux point zéro , où tout est parti de travers . J’ai compris qu’en niant le fait , que je ne pouvais me comporter comme les autres , d’une manière aussi irréprochable . Adoptant les mêmes raisonnements . Je tuais , ce quelque chose en moi , qui pourtant était nécessaire pour remonter à la surface . Pour couper ce fil , qui me reliait au boulet qui m’entrainait au fond de l’eau .
Car, nous sacrifions dans ce procédé , la seule partie vraie , et indispensable , de notre humanité même .
Celle qui est certes faibles , mais qui contient aussi de belles émotions uniques et indissociables de soi-même , une force à l’état le plus pur .
Bien sûr le prix de cette grande audace , s’accompagne toujours de grande rupture .
Nous perdons dans la bataille , des personnes que nous aimons , nous en décevons d’autres .
Mais dans cette balance , il faut aussi prendre quelque chose en compte .
Sommes-nous prêt , à gâcher l’intégralité de nos vies , dans l’ignorance de soi-même , dans le seul but et que ce soit plus confortable pour l’autre ?
Et de tous les manières une relation peu importe laquelle engagée , n’est elle pas plus durable , saine , et sincère , quand nous sommes honnêtes envers l’autre et soi-même ?

La route sera longue , pour que nous puissions comprendre , à quel point il est de notre survie , d’accepter , que nous ne soyons ni tout blancs , ni tout noir .
(tel Albert Camus dans les âmes grises le disait , en rapport avec un homme , qui a vu sa femme mourir après son accouchement , ATTENTION SPOILER : et qui tentait de vivre une vie normale, après avoir commis dans un moment de rage , le meurtre de son propre enfant qu’il accusait d’avoir tué sa femme ) .
C’est une grande leçon d’humilité , que veut aussi nous apprendre la vie .
Encore faut-il l’accepter . Et je sais que comme nous le savons , que ceci demande beaucoup de patience , je ne suis moi-même pas encore arrivée à ce stade-là .

divine-light-1296353_1280

Laisser un commentaire

LibresdelAtome |
MON OUTIL DE SUIVI - PES ... |
Confrérie du Malt de Bretagne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je ne sais pas pourquoi vivre.
| -> -> -> -> ...
| Concourspitch