Jamais assez d’incertitude .

hot-air-balloon-736879_1280

Je dois admettre qu’après  plusieurs mois de durs labeurs   , en  offrant de nombreuses négociations avec la dépression . J’ai pu enfin ,  mettre un peu d’ordre dans mes idées , ces dernières semaines . Un ménage de printemps improvisé , avec la joyeuse troupe que composait toute la complexité de mon esprit .
Et à vrai dire , il y a beaucoup de choses , sûrement dues aux années qui passent . Qui me semble prendre , un tout autre sens . ( Je vous assure , que je n’ai pas fumé de poussière ) .
Même si je sais que le chemin , qui me mène à la paix totale ou au moins partielle avec moi-même n’est pas totalement accompli .
J’ai le sentiment , de devenir moins exigeante envers le futur que j’essaie d’atteindre  .
Comprenant , que le perfectionnisme dans lequel je voulais que tout s’enchaîne dans un ordre parfait .
N’était absolument pas envisageable .
Acceptant par la suite , que parfois les chemins les plus obscurs peuvent mener réellement quelque part . Et qu’avec un peu de courage , il serait sage parfois de s’y confronter .
Mais comment ? C’est une question , dont je ne dispose pas de réponse pour le moment .

Aussi il y a là un inconfort  à ouvrir les yeux , après des longs mois passés dans le berceau confortable . D’une pièce noir , et d’un lit un peu trop douillet .
C’est  de voir autour de soi , que nos choix ont entrainé l’apocalypse  , et qu’il ne reste plus vraiment grand chose sur lequel reconstruire sa bâtisse .
C’est troublant , et c’est aussi une épreuve de courage de se lever poser les pieds , sur les débris parfois d’une existence qui a mal tourné . Tel un papillon sortant de sa chrysalide , nous devons nous transformer . Pour impérativement continuer de vivre , sinon la survie est impossible .
C’est aussi l’urgence de devoir subvenir à ses besoins , devenir quelqu’un d’autre . Pas forcément celles et ceux , que nous , nous étions imaginés être . Mais des êtres évoluant  en fonction des ressources présentes . Et non , celles qui nous seraient possibles d’atteindre avec un peu de travail , dans le futur .
Car ce reste , n’est qu’une ligne d’horizon peu approfondie , et encore mal dessinée .

J’ai eu conscience de ce besoin , d’arrêter de me morfondre dans cette paralysie .
Cette sensation égoïste ( selon mon point de vu , de ce que je pensais de moi-même ) , qu’en voulant disparaître . La maladie faisait de même avec tous ce qui était humain autour de moi .
Un nombrilisme aussi qui fait peur , le ressentiment de n’être plus connecté aux autres .
Mais de n’être entouré , que de miroir ne reflétant que moi . Pourtant avant j’étais loin de me prendre pour Narcisse . Même si le moi , n’a jamais été une chose plaisante , à contempler .
Oubliant que de l’autre côté ,  mon entourage proche m’a toujours soutenu . Peu importe si , j’avais l’air bizarre . Voire quasi absente par moments .
Dans ma recherche du bonheur parfait , j’ai oublié que celui-ci n’existait pas .
Qu’il avait été inventé  , par des industries ingénieuses , de notre chère société . Pour promouvoir parfois des produits de toutes sortes , des offres de médiations chères , des coaching pour changer radicalement de vie  , ou encore des vacances au soleil sans grand intérêt . Et qui nous plongeaient dans la confusion , la plus totale .
Ainsi , que dans la peur permanente de ne jamais savoir réellement , qui nous sommes .
Quiconque se résignant , à cette considération pouvait comprendre qu’il n’y avait pas de véritable épanouissement . Et qu’il ne fallait pas espérer , que tous sonnent juste .

En comprenant , que jamais cet eldorado tant apprécié ne naîtra un jour .
Le passé , et le futur  n’existant pas , le présent bientôt finis , nous voyons qu’à force de chercher du sens dans chaque chose . Nous n’osons pas exprimer à voix haute , que finalement rien n’a vraiment de logique .
Et qu’il faut parfois vivre avec cette sensation irréaliste . Il y a aura toujours , des réponses inaccessibles à l’humain .
Mais puisqu’il est tout autant inconfortable , de vivre pour errer au gré des années interminables .
Il serait tout aussi bon de crée sa propre cartographie intérieure . Trouver des directions viables , et des missions intéressantes à développer .
Tout en essayant de reconnaître si elles sont bien influencées par nos propres paramètres .
Car nous sommes souvent attirés par les extrêmes , par les plus grandes missions . À défaut de voir celles qui sont plus atteignables  sur le long terme .
Certes nous disons souvent , que viser la lune est correct , à défaut nous ne tomberions pas bien loin .
Pourtant , cette citation mal acquise , ne comprend pas que chacun évolue différemment . Suit des étapes qui  lui sont propres .
Avoir des rêves incroyables ou non ce n’est pas une compétition  . Chacun a le droit de prendre son temps .
Chacun crée sa propre Lune à visé , inutile que chacun vogue sur le même bateau si nous ne voulons pas aller aux mêmes destinations .
Je pense que la seule chose importante au quotidien à retenir ici , c’est de ne jamais abandonner . Et si notre devoir est de traverser l’enfer , et bien qu’ainsi soit fait notre destin . En espérant , avec force ,  qu’au bout nous puissions voir la fin .

 

the-night-sky-4051288_1920

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

LibresdelAtome |
MON OUTIL DE SUIVI - PES ... |
Confrérie du Malt de Bretagne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je ne sais pas pourquoi vivre.
| -> -> -> -> ...
| Concourspitch